A Toulouse, #PasDeVague ... une affaire de violences physiques et sexuelles étouffée au Collège Lamartine

mardi 5 novembre 2019
par  Laurence.V
popularité : 14%

Des évènements graves et complexes viennent d’être dénoncés survenus dans un établissement de Toulouse, au collège Lamartine.

Dans un communiqué de presse que nous relayons, syndicats et associations féministes dénoncent la direction du collège Lamartine et l’institution qui ont étouffé des affaires de viols et d’agressions physiques et sexuelles sur des collégiennes, commis par d’autres élèves.

Alors que la direction avait été alertée des faits, notamment par des vidéos, cette dernière n’a rien fait, réduisant au silence les victimes, et créant de ce fait un climat d’impunité engendrant la répétition de ces violences de mars à septembre 2019.

Sud Education et la CGT ont été reçues par le DASEN lundi 4 novembre .

Le SUNDEP Solidaires sera présent à la réunion unitaire qui aura lieu le jeudi 7 novembre à 18h à la Bourse du travail pour envisager les suites : expression unitaire, préparation de la journée du 23 novembre contre les féminicides et les violences faites aux femmes .
Venez nombreux.

ci joint le communqiué


Documents joints

PDF - 82.9 ko

Brèves

4 décembre 2015 - CCMD avancements/promotions 30 novembre 2015

Ordre du jour :
Elections des représentants de la commission de réforme départementaleRetour (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

Avec le SUNDEP Solidaires, j’exige l’égalité de mes droits et la reconnaissance de mon travail : (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

En 1990, Lionel JOSPIN, ministre de l’Education nationale, a souhaité réduire les inégalités entre (...)

11 septembre 2015 - Légère revalorisation des salaires des instituteurs suppléants

Les instituteurs suppléants bénéficieront :
d’une revalorisation à l’indice de base 321 (au lieu (...)

21 mai 2012 - Semaine de 5 jours : le gouvernement fait régner la terreur et s’apprête à affamer la population (des hôteliers-restaurateurs)

Les hôteliers jouent à se faire peur : en rétablissant la semaine de 5 jours dans le primaire avec (...)