SEGPA : une structure capable d’inclure les élèves dans un collège peu inclusif ?

dimanche 10 février 2019
par  Laurence.V
popularité : 21%

L’IGEN a publié un rapport à monsieur le ministre de l’éducation nationale N°2018-076 en juillet 2018.

Ce rapport de l’Inspection Générale de l’Éducation Nationale dresse un bilan national faisant suite à la circulaire n° 2015‐176 du 28 octobre 2015 relative aux SEGPA et à la circulaire de rentrée 2016.

Il analyse comment, depuis la parution de ces deux textes qui précisent ce qui est attendu, les acteurs ont repensé la scolarisation des élèves bénéficiant de la SEGPA, leurs parcours de formation et d’orientation, et par voie de conséquence, comment la structure SEGPA s’organise et fonctionne dans le respect du principe d’inclusion énoncé par la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République dans son interaction avec la structure collège.

Ce rapport propose en outre des préconisations relatives à l’objectif affiché d’une réussite de tous les élèves.

La circulaire n° 2015-176 du 28 octobre 2015 relative aux sections d’enseignement général et professionnel (Segpa) souligne que cette structure a toute sa place dans le traitement de la grande difficulté scolaire. Le rapport d’inspection générale met en perspective les réalités observées sur le terrain avec le principe de la Loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République qui reconnait « que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser » et que le service public de l’éducation veille « à l’inclusion scolaire de tous les élèves, sans distinction. Il propose un bilan de la mise en place de dispositifs inclusifs et de l’évolution de la structure Segpa, et explore les pistes susceptibles de faire progresser leur organisation et leur fonctionnement.

Ce rapport propose plusieurs recommandations susceptibles d’éclairer les décisions à venir pour accompagner et mieux faire réussir les élèves concernés par les Segpa : connaître les difficultés des élèves pour accompagner les décisions d’orientation ; confirmer les Segpa dans leur capacité à répondre au principe d’une École inclusive énoncé par la loi ; accompagner les Segpa par la mise en œuvre d’un pilotage renforcé ; conforter la Segpa dans sa capacité à traiter les difficultés scolaires graves et persistantes ; articuler l’enseignement de complément de découverte professionnelle avec les autres enseignements et les différents parcours.

Le rapport conclue sur la proposition de faire évoluer la Segpa en un « pôle de ressources » à destination de tous les élèves du collège qui rencontrent des difficultés scolaires.

Pour le SUNDEP Solidaires, la présence des SEGPA au sein des collèges, c’est avant tout tenir compte que des élèves en difficulté graves et durables puissent apprendre à leur rythme dans une classe à effectifs restreints. De même, c’est la possibilité d’adapter le programme du collège par des professeurs des écoles spécialisés qui connaissent la problématique de leurs élèves et qui savent travailler en équipe à la fois avec des professeurs de collèges et de lycée professionnel.

Si la politique du collège respectait ces différents éléments , la SEGPA pourrait ne plus exister !
ci dessous le rapport de l’IGEN de juillet 2018


Documents joints

PDF - 1.7 Mo

Brèves

4 décembre 2015 - CCMD avancements/promotions 30 novembre 2015

Ordre du jour :
Elections des représentants de la commission de réforme départementaleRetour (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

Avec le SUNDEP Solidaires, j’exige l’égalité de mes droits et la reconnaissance de mon travail : (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

En 1990, Lionel JOSPIN, ministre de l’Education nationale, a souhaité réduire les inégalités entre (...)

11 septembre 2015 - Légère revalorisation des salaires des instituteurs suppléants

Les instituteurs suppléants bénéficieront :
d’une revalorisation à l’indice de base 321 (au lieu (...)

21 mai 2012 - Semaine de 5 jours : le gouvernement fait régner la terreur et s’apprête à affamer la population (des hôteliers-restaurateurs)

Les hôteliers jouent à se faire peur : en rétablissant la semaine de 5 jours dans le primaire avec (...)