Budget de l’Education Nationale en France, le 1er degré n’est pas la priorité du gouvernement ?

lundi 29 février 2016
par  Laurence.V
popularité : 27%

La France dépense moins que la moyenne de l’OCDE pour le parcours d’un élève dans le primaire", annonce sobrement une nouvelle étude de la Depp (division des études du ministère de l’éducation nationale) basée sur les données 2012 fournies par l’OCDE. En fait, l’école française est championne des inégalités aux dépens du premier degré. La répartition de son budget éducation traduit son idéologie dominante : la méritocratie » Café Pédagogique du 29 février 2016.

En matière d’éducation, comme dans bien des domaines, la France offre le visage du juste milieu. Avec 10 450 $ dépensé par élève, la France se situe pile dans la moyenne de l’Ocde (10 220 $) en 2012. Mais cette moyenne, extraite de Regards sur l’éducation 2015 , une publication annuelle de l’OCDE, cache de fortes inégalités déjà mises en valeur dans l’édition 2014 des Regards.

Depuis 40 ans le niveau éducatif des Français a augmenté considérablement, révèle la publication annuelle de l’OCDE qui fait référence « Regards sur l’éducation », Il n’y a pas de déclin éducatif , le niveau des diplômes augmente beaucoup (niveau MASTER).

Le pays qui dépense le moins pour le primaire

« La France se positionne différemment selon le niveau d’enseignement. Elle est en dessous de la moyenne pour l’enseignement primaire (avec une dépense annuelle moyenne de 7 010 $ppa contre 8 250 $ppa pour l’OCDE) mais au-dessus pour le secondaire (11 050 $ppa contre 9 520 $ppa) et l’enseignement supérieur (15 280 $ppa contre 15 030 $ppa)", explique la Note.

La réalité est plus cruelle. Ce que montrent les données OCDE c’est que la France est, avec l’Allemagne, le pays qui dépense le moins pour le premier degré. On est 29% en dessous de la moyenne Ocde. La Suède, la Belgique, les Etats-Unis, le Royaume-Uni vont dépenser le double des investissements de la France dans l’éducation primaire de leurs enfants. Une réalité que vivent au quotidien les enseignants du primaire qui doivent se débrouiller seuls avec des classes particulièrement chargées. Ce manque d’investissement se traduit aussi dans leur salaire, en décrochage par rapport aux enseignants du secondaire.

Le règne de la méritocratie

Si le pays dépense dans la moyenne de l’OCDE pour son éducation mais nettement moins pour le primaire c’est bien sur que les dépenses sont plus importantes au secondaire, comme l’affirme la Note. Pour l’ensemble des années du secondaire, explique la Note, la France va dépenser 77 560 $ par élève contre 63 230 en moyenne dans l’Ocde.

Mais ces données cachent l’essentiel. La dépense d’éducation par élève va croitre régulièrement avec la hiérarchie scolaire. Ainsi, en 2013, selon des données Depp en Euros, la dépense moyenne par élève représente 6 200 € en élémentaire, 8240 au collège, 10 960 au lycée et 14 850 en CPGE, l’Himalaya du système éducatif. Le système éducatif français, en 2013 encore, préfère dépenser deux fois plus au lycée qu’à l’école, selon une logique en opposition avec celle de la plupart des pays de l’Ocde.

La refondation et l’arrivée de la gauche au pouvoir ont- elles redistribué les cartes ?

A vrai dire, selon le RERS 2015, une autre publication de la Depp, l’inflexion a été lancée dès 2009 avec une baisse des dépenses du secondaire alors que la dépense par élève continuait de croitre légèrement au primaire. Mais il faut attendre le budget 2016 pour observer une véritable rupture : 2804 postes sont ouverts dans le secondaire cette année-là contre 3835 au primaire.

La priorité au primaire, énoncée dans la loi de refondation, commencera seulement à devenir effective à la fin du quinquennat. La dépense de personnel représentant l’essentiel de la dépense d’éducation, la revalorisation salariale au primaire affirmera-t-elle la tendance ?

Le SUNDEP Solidaires défendra tous les personnels du 1er degré pour une ISAE à 1200€ et augmentation des salaires dès 2016. Cependant, l’ouverture des négociations montre que le ministère souhaite maintenir le gel de l’indice. Des propositions vont être avancées le 17 mars 2016…Solidaires a signé le communiqué du 26 février 2016.


Documents joints

PDF - 118.3 ko

Brèves

4 décembre 2015 - CCMD avancements/promotions 30 novembre 2015

Ordre du jour :
Elections des représentants de la commission de réforme départementaleRetour (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

Avec le SUNDEP Solidaires, j’exige l’égalité de mes droits et la reconnaissance de mon travail : (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

En 1990, Lionel JOSPIN, ministre de l’Education nationale, a souhaité réduire les inégalités entre (...)

11 septembre 2015 - Légère revalorisation des salaires des instituteurs suppléants

Les instituteurs suppléants bénéficieront :
d’une revalorisation à l’indice de base 321 (au lieu (...)

21 mai 2012 - Semaine de 5 jours : le gouvernement fait régner la terreur et s’apprête à affamer la population (des hôteliers-restaurateurs)

Les hôteliers jouent à se faire peur : en rétablissant la semaine de 5 jours dans le primaire avec (...)